Oh merde

 

Oh merde.

Passer à côté d’un diagnostic grave : ma hantise. Trois fois depuis que je suis interne je me suis dit oh merde. Les deux mots qui te plongent dans un bain glacé. Oh merde, je suis passée à côté. Je l’ai tué. J’aurais pu le tuer. Oh. merde. Merde. Merde. Merde. Le cerveau qui s’arrête, et les deux petits mots qui tournent dans le vide pendant que le monde avance.

La première fois, j’étais jeune interne. Madame AVK (oui, ça part mal), 84 ans, à J15 postopératoire. On attend la convalescence. Le relai AVK est en train de se finir. La voisine de chambre de madame AVK est madame DiarrhéeAiguë. Elle n’a pas été hospitalisée en chirurgie pour ça, mais son fils lui a mené sa petite-fille en pleine gastro, et ça n’a pas raté : madame DiarrhéeAiguë a déclenché sa propre gastro le lendemain, par le haut et par le bas. Le service, un peu vieillot, est plein à ras la gueule et on ne peut pas faire de changement de chambre pour la passer en chambre seule. Tant pis, tout le monde s’inondera de Stérilium.
Il est 23h, en fin de semaine d’astreinte. Je viens de rentrer chez moi et de me mettre au lit, puis le téléphone sonne.

Pour lire la suite : cliquez ici