Oh merde

 

Oh merde.

Passer à côté d’un diagnostic grave : ma hantise. Trois fois depuis que je suis interne je me suis dit oh merde. Les deux mots qui te plongent dans un bain glacé. Oh merde, je suis passée à côté. Je l’ai tué. J’aurais pu le tuer. Oh. merde. Merde. Merde. Merde. Le cerveau qui s’arrête, et les deux petits mots qui tournent dans le vide pendant que le monde avance.

La première fois, j’étais jeune interne. Madame AVK (oui, ça part mal), 84 ans, à J15 postopératoire. On attend la convalescence. Le relai AVK est en train de se finir. La voisine de chambre de madame AVK est madame DiarrhéeAiguë. Elle n’a pas été hospitalisée en chirurgie pour ça, mais son fils lui a mené sa petite-fille en pleine gastro, et ça n’a pas raté : madame DiarrhéeAiguë a déclenché sa propre gastro le lendemain, par le haut et par le bas. Le service, un peu vieillot, est plein à ras la gueule et on ne peut pas faire de changement de chambre pour la passer en chambre seule. Tant pis, tout le monde s’inondera de Stérilium.
Il est 23h, en fin de semaine d’astreinte. Je viens de rentrer chez moi et de me mettre au lit, puis le téléphone sonne.

Pour lire la suite : cliquez ici

Incompétente!

Incompétente!

« Madame C : aide à la toilette et préparation du petit-déjeuner. »
En langage auxiliaire de vie, ça veut dire que la personne aidée est relativement autonome mais a besoin d’être accompagnée.
En langage commun ça veut dire que la personne aidée a besoin que tu lui beurres ses tartines et que tu lui savonnes le dos.
En langage Madame Grandchef ça veut dire qu’en vrai tu vas en chier.
Moi, j’étais naïve et débutante, je ne me suis absolument pas méfiée en voyant cette…

Pour lire la suite cliquez ici : http://www.vieuxetmerveilles.com/2013/11/incompetente.html

Ce soir-là, j’ai été le roi des losers

 

…/…Personnellement, je trouve que l’humilité n’est pas monnaie courante dans le milieu médical et tu rencontres plus souvent des médecins se glorifiant de leurs « beaux » diagnostics que de leurs erreurs. Tu peux entendre par exemple : « Lui, je lui ai trouvé un bel infarct », ou encore « Mme Lassis à la 34, mais si tu sais, Rose de son prénom, on la reçoit régulièrement dans le service, tu verrais la belle hépatomégalie (gros foie) qu’elle se tape ! On va voir ce que donne le scan, mais à mon avis elle a un beau cancer maintenant », voire pire « L’autre jour avec le SAMU, je suis sorti sur un beau crash sur l’autoroute ! ». J’ai toujours trouvé étonnant de qualifier tout cela de « beau ». En revanche, j’ai rarement entendu : »Hier, je me suis vraiment bien planté, oui c’était même une sacrée belle plantade, j’ai été un gros naze, je vais te raconter ça ». Pourtant, le partage de nos erreurs serait probablement beaucoup plus utile et instructif que nos « magnifiques » diagnostics. Alors voilà ce qui m’est arrivé ce soir-là où j’ai été le roi des losers. Je n’en suis pas très fier, mais ça m’a servi, et peut-être que ça pourra servir à d’autres.

…/…

Pour lire l’intégralité de ce beau témoignage sur le blog d’origine, cliquez ici

 

« Ma-faute 3 fois » par PIU

extrait : « …/…En fait, je le savais un peu, mais je viens de réaliser vraiment qu’il ne se passe pas un jour où je suis pas fatiguée, ou débordée, ou affamée, ou préoccupée, avec une répercussion plus ou moins négligeable sur ma pratique. Ça a même inhibé momentanément mon cynisme, j’ai l’impression d’écrire un épisode de Martine. Ça vaut le coup de faire couler de l’encre…./… »

 

Pour lire l intégralité du billet sur l’excellent blog de PIU, cliquez ici.

 

J’aurais pu faire mieux

« J’aurais pu faire mieux. »

Publié le 9 avril 2013

extrait :  « Rétrospectivement, ça m’a fait peur. La catastrophe n’était pas loin. J’ai rattrapé le coup, ça s’est plutôt bien passé. Mais ça m’a travaillée. J’y ai pensé, et re-pensé.
Maintenant, j’ai envie de vous en parler. Parce que comme le dit PerrUche en Automne dans ce billet essentiel, « N’ayez pas honte de vos erreurs, partagez les, analysez les, corrigez les causes et ne vous endormez jamais sur vos lauriers. Le réveil est toujours douloureux. »
Je vais essayer de faire ça. 

Un soir, en pleine consultation.

Coup de fil d’un laboratoire d’analyses médicales. «Je vous appelle au sujet de Mlle Sarah. Elle a 2,5 de kaliémie, je n’arrive pas à… »

Merci à ce médecin pour ce partage d’expérience, cette analyse, les solutions proposées.

Pour lire la suite, ou rajouter sur son blog vos commentaires : cliquez ici

Pour suivre le blog de Farfadoc, cliquez ici

Trop plein

…Mais elle a un peu raison, cette petite conne. Ce soir j’ai été dangereux. En temps normal j’aurais compris que l’agitation de ce gamin faisait partie d’un tableau de commotion cérébrale, même si le trauma crânien ne m’avait pas été annoncé (pour mieux me « vendre » ce blessé qui aurait du aller directement à la case « Hôpital »). J’aurais pris au sérieux cette éraflure du visage et cette plaie de la lèvre. Fort heureusement, il n’y aura pas de conséquences pour cet enfant.
Mais je sais que je n’étais plus en état de travailler ce soir. Potentiellement c’est grave.
L’an dernier Je m’inquiétais d’être à la limite de mes capacités. Cette année, j’ai dépassé la ligne rouge.

Trop c’est trop. On ne peux plus faire ce qu’on fait avec des moyens chaque année plus limités.
Moi, en tous cas, je suis au delà du possible.

Bien sûr, cette nuit là je n’ai pas beaucoup dormi. De ses erreurs il faut savoir tirer des leçons. »…

Pour lire l’intégralité du billet cliquez ici

Une ligne manquante ?

« …Il m’est très difficile de raconter cela mais puisque je me suis permis de taper sur les autres, il est juste de me taper dessus aussi .

Quand j’étais interne, il y a un patient pour lequel j’avais tout fait parfaitement et même plus. Je lui avais pris rendez-vous avec plein de spécialistes, j’avais fait plein de courriers , j’avais fait des belles ordonnances de ma plus belle écriture , je lui ai tout bien expliqué. Seulement de ma belle écriture, j’avais juste oublié de recopier son traitement principal ( de l’hydrocortisone ). Il a été réhospitalisé , a eu pleins de complications et puis à moyen terme , il est mort …

Qui suis-je pour juger? Je dois seulement prier pour que dans ma vie , je fasse le moins d’erreurs possibles et que pour celles que j’ai faites ou que je ferai, on me pardonne . »

Pour lire l’intégralité du billet, « Le pardon » , cliquez ici